Résurgence du terrorisme Sahélien : une menace présente et durable

jih
Source : Ansary/malinet.net

Un ennemi invisible est pire qu’un ennemi qu’on voit” Roch Carrier

Principal risque sécuritaire à la fin des années 2000 et au début de la décennie 2010, Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) semble avoir disparu des signaux médiatiques. Il faut dire que l’appareil de communication de l’Etat Islamique/Daesh (EI) a remplacé la communication traditionnelle des groupes terroristes existants, et la nouvelle vague d’attentats dans le monde occidental a fait de l’EI le visage moderne du terrorisme. Avec les attentats de Paris le 13 novembre 2015, suivi des attentats de Bruxelles, et des différents actes isolés revendiqués postérieurement, l’ennemi désigné automatiquement est l’EI, et ce parfois avant même la revendication de l’acte terroriste. Poursuivre la lecture de « Résurgence du terrorisme Sahélien : une menace présente et durable »

Publicités

Madagascar, un pays pauvre qui doit communiquer sur ses richesses !

2

Le 10 février dernier, la Banque mondiale accordait à Madagascar un nouveau prêt, l’« IDA Turnaround Facility », d’un montant de 690 millions de dollars sur 3 ans[1]. La 5ème plus grande île de la terre est ainsi l’un des deux premiers pays africains (avec la Guinée-Conakry) à bénéficier de ce nouveau mode de financement de la Banque mondiale, principalement dédié au pays les plus pauvres du monde. Si Madagascar est effectivement un pays très pauvre, où 9 malgaches sur 10 vivent toujours avec 2 dollars par jour, il existe un paradoxe relativement propre à ce pays : ses richesses sont immenses mais semblent être oubliées aux yeux des investisseurs étrangers, que ces derniers soient publics ou privés. Comme le précise l’institution bancaire mondiale, « seuls les gouvernements ayant démontré leur volonté à engager des réformes, en particulier dans la lutte contre les sources de fragilité, peuvent bénéficier de ce nouveau mode de financement »[2]. Un message envoyé à l’État malgache l’incitant enfin à sortir de l’ombre ? Poursuivre la lecture de « Madagascar, un pays pauvre qui doit communiquer sur ses richesses ! »

Crash dans le Sinaï : de la prudence à l’illusion du gouvernement égyptien

REUTERS - Mohamed Abd El Ghany
REUTERS – Mohamed Abd El Ghany

Le crash de l’Airbus A321 Metrojet le 31 octobre dans le Sinaï égyptien a provoqué une crise complexe pour le gouvernement du Caire. Soulevant des questions relatives à des enjeux sécuritaires, économiques et diplomatiques, la communication autour de cette crise faisait partie intégrante de la gestion de ce tragique événement. Retour sur la stratégie déployée par le gouvernement égyptien. Poursuivre la lecture de « Crash dans le Sinaï : de la prudence à l’illusion du gouvernement égyptien »

Les faux médicaments : cette nouvelle forme de criminalité

Source : AFP
Source : AFP

Si la mondialisation a été source de nombreux progrès depuis le XXe siècle, l’augmentation et la rapidité des échanges rendent plus difficile leur contrôle, présentant alors des dérives plus ou moins inquiétantes. La contrefaçon de produits médicaux est l’une de ses menaces faisant peser un risque majeur sur nos sociétés et systèmes de santé publique. Poursuivre la lecture de « Les faux médicaments : cette nouvelle forme de criminalité »

Somaliland : enjeux et pivots économiques de l’hinterland

Berbera port authority - Source : Somaliland Press.com
Berbera port authority – Source : Somaliland Press.com

Le Somaliland est une région située au Nord de la Somalie, frontalière de l’Ethiopie et de Djibouti. Rentrée en conflit avec le gouvernement central dans les années 1980, dont elle a été une cible prioritaire du général Siad Barre jusqu’à la chute du régime autoritaire et l’effondrement de l’État Somalien à la fin des années 1980. Autoproclamée autonome et indépendante en mai 1993 après la conférence de 1991 des clans du Nord à Berbera, la région sécessionniste n’a cessée de s’employer à instaurer une effectivité de son territoire qui lui permette de réunir tous les éléments constitutifs d’un État en vue d’une reconnaissance internationale. Une effectivité qui lui confère un statut d’État de facto et qui contraste avec le reste de la Somalie, pays failli en proie au chaos, aux luttes de clans, la piraterie et le terrorisme international mais qui profite entre autre des investissements importants de la Turquie. Dans ce contexte, le corridor de Berbera-Jijiga peut-il représenter une alternative aux enjeux économiques qui se dessinent dans la Corne de l’Afrique? Avec quelle légitimité pour cette région autonome ? Poursuivre la lecture de « Somaliland : enjeux et pivots économiques de l’hinterland »

Somaliland : des critères de Montévidéo à la pratique internationale

Capture d’écran 2014-12-28 à 13.12.16

La Corne de l’Afrique est la région la plus militarisée et la plus conflictuelle du continent africain. Les conflits armés qui y sévissent sont fréquents et récurrents soit au sein d’un État, soit entre États. Cette région chaude de l’Afrique est pourtant en pleine mutation économique et politique. Une région de la Somalie, le Somaliland tente d’exister sur la scène internationale depuis 1991, année de son détachement de la Somalie. État de facto, cette petite République autoproclamée, exerce un contrôle effectif sur son territoire. Une effectivité assez surprenante et pour le moins atypique puisqu’elle contraste avec le chaos dans lequel se trouve le pays de la Somalie depuis maintenant plus de deux décennies. Malgré cette effectivité et l’absence d’un gouvernement central à Mogadiscio capable de s’opposer à cette sécession, aucun État ni aucune instance internationale n’ont reconnu pour l’heure la «République du Somaliland» et ses demandes d’admission au sein des organisations internationales sont restées pour l’heure infructueuses, à commencer par l’Union Africaine. Les élections à venir en 2015 agiront-elles comme un catalyseur en vue d’établir un modèle de paix et de stabilité, ou au contraire raviver des tensions internes ou encore celles déjà fortes entre le gouvernement central de Mogadiscio et son rival, le Puntland voisin ? Poursuivre la lecture de « Somaliland : des critères de Montévidéo à la pratique internationale »

Ebola : Désastre sanitaire assuré ?

Ebola-story

Quarante années ont passé depuis la découverte du virus Ebola en octobre 1976 en République Démocratique du Congo. Quarante années depuis qu’une équipe emmenée par un jeune chercheur belge, Peter Piot, a tenté de définir ce mal qui, observé au microscope, ressemblait à un ver et pour lequel aucune information n’existait. Poursuivre la lecture de « Ebola : Désastre sanitaire assuré ? »