Ci gît Alep et tous les siens

648x415_alep-syrie-12-decembre-2016-civils-fuient-quartier-soukkari-armee-bachar-al-assad-vient-reprendre-rebelles
Crédits photo : Stringer / AFP

Alep ne meurt pas sous les bombes, non. Ce sont ses habitants qui attendent la mort. Des civils innocents pris en étaux entre des forces loyalistes du régime de Bachar El-Assad, entre les combattants de Daesh sans loi, entre les bombes russes qui percent l’air et s’écrasent dans de grandes déflagrations, entre le feu des canons terroristes qui tirent à vue, entre l’éboulement d’immeubles qui s’effondrent sans prévenir… Voici l’horreur que nous ne vivons pas, mais que d’autres êtres humains en tous points semblables à nous, connaissent. Des femmes, des hommes, des enfants, des familles. Poursuivre la lecture de « Ci gît Alep et tous les siens »

Publicités

Allemagne : Mémoire et courage politique

Source : REUTERS/Stringer
Source : REUTERS/Stringer

Le jeudi 2 juin dernier, les députés allemands du Bundestag ont adopté à la quasi-unanimité des présents une résolution reconnaissant de facto le caractère génocidaire des massacres perpétrés sur les ordres du gouvernement Jeunes Turcs durant la Première Guerre mondiale. On peut y lire un geste politique fort s’inscrivant dans une dynamique mémorielle générale de l’Allemagne de ces dernières années. Après un premier pas vers la reconnaissance des crimes commis en Afrique[1] par l’Allemagne et un politique mémorielle particulièrement active autour de la question de la Shoah, les députés allemands placent une fois de plus le pays face à son histoire en évoquant le rôle, passif mais aussi parfois actif, des officiers et diplomates allemands dans le génocide des Arméniens. Il faut notamment saluer le rôle du Président de la République Fédérale allemande, Joachim Gauck, qui avait employé le mot de génocide à l’occasion du centenaire, le 23 avril 2015. Poursuivre la lecture de « Allemagne : Mémoire et courage politique »

Brexit : « perfide Albion »

REUTERS/Francois Lenoir
REUTERS/François Lenoir

Oui vous ne vous y trompez pas nous parlerons bien ici du fameux Brexit qui depuis des semaines anime l’ensemble des discussions des spécialistes de l’Union Européenne et plus globalement, fait vivre les conversations de café. La “perfide Albion” nous menace de mettre en branle “l’idéal” européen que nos pères ont forgé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pire encore, elle souhaite rompre avec le destin commun vers lequel nous nous destinions, fondé lui-même sur une littérature abondante : Paris, Rome, Maastricht, Amsterdam, Nice, Lisbonne. Tant de traités tous plus fédérateurs les uns que les autres. Poursuivre la lecture de « Brexit : « perfide Albion » »

« Les hommes d’aujourd’hui ont poussé si loin la maîtrise des forces de la nature qu’avec leur aide il leur est devenu facile de s’exterminer mutuellement jusqu’au dernier  » (Freud)*

Il y a des fous dans nos rues. Des bêtes, et des êtres déchus de leurs droits d’Humanité, mais qui tuent au nom d’une chimère que personne ne reconnaît. Poursuivre la lecture de « « Les hommes d’aujourd’hui ont poussé si loin la maîtrise des forces de la nature qu’avec leur aide il leur est devenu facile de s’exterminer mutuellement jusqu’au dernier  » (Freud)* »

Billet d’humeur : Migrant / réfugié, n’a-t-on rien compris ?

Image : Cartoon Movement
Image : Cartoon Movement

Ces jours ci, à moins de vivre reclus, il est impossible d’échapper à l’emballement ou plutôt au déferlement médiatique concernant les « migrants ».

Les medias – à de rares exceptions – possèdent l’incroyable talent de survoler les sujets, d’effleurer les problématiques et de nous jeter en pâture de l’image condescendante ; des mass medias pour les masses autrement dit. Poursuivre la lecture de « Billet d’humeur : Migrant / réfugié, n’a-t-on rien compris ? »

Billet d’humeur : « OXI »

ALKIS KONSTANTINIDIS/REUTERS
ALKIS KONSTANTINIDIS/REUTERS

Au XXIème siècle nous n’inventons rien et nous n’apprenons pas du passé pour autant. Le désespoir des peuples et des populations les poussent à écouter, entendre et épouser des discours populaires, populistes, iconoclastes et dangereux.

Quand on est jeune, on lit les contes de Perrault avec leurs significations à tiroir, on apprend aussi les fables de Lafontaine que l’on récite à voix haute certains connaissent même la parabole du fils prodigue… mais les Grecs ont dit OXI. Poursuivre la lecture de « Billet d’humeur : « OXI » »

Billet d’humeur : Tunisie, retour vers le futur ?

Source : Afrik.com
Source : Afrik.com

Tandis que l’autre chantait « Yalil yalil habibi yalil, yalil yalil habibi yalil » au café des Délices, le pays amorçait sa mue en 2010. Aujourd’hui, la Tunisie vit la démocratie, vit sa démocratie : nouvelle constitution, élections législatives, élections présidentielles… mais le plus dur est devant. Hahya. Poursuivre la lecture de « Billet d’humeur : Tunisie, retour vers le futur ? »