Six ans après l’ouverture du marché des jeux et paris en ligne, quel bilan économique ?

Riot eSports/Flickr
Riot eSports/Flickr

Plus de six ans après l’adoption de la loi n° 2010-476 du 12 mai 2010, relative à l’ouverture du marché des jeux et paris en ligne, le bilan économique pour les opérateurs agréés recouvre des fortunes diverses. La fin de la période estivale, marquée par de grands évènements sportifs (Jeux Olympiques, Euro…) jouant un rôle important sur l’activité des jeux en ligne, est pour nous l’occasion d’analyser le rapport de force entre les trois secteurs du jeu dématérialisé. Dans son rapport d’activité pour 2015, l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL) relèvait déjà « des évolutions de plus en plus contrastées » entre les trois secteurs que sont, les paris sportifs, les casinos en ligne, et les paris hippiques. Poursuivre la lecture de « Six ans après l’ouverture du marché des jeux et paris en ligne, quel bilan économique ? »

Publicités

Lettres persanes 2.016

Crédits photo : Guillaume Allard
Crédits photo : Guillaume Allard

Cette histoire d’Iran est la nôtre. Deux quidams pour qui, plus jeunes, un Shah était un fabuleux animal de compagnie, deux amis qui, en grandissant, se sont mis à rêver de traverser les rues de Persepolis, victorieux de Darius Ier, deux amis, qui finalement n’ont connu la Perse qu’à travers le regard d’écrivains, de philosophes ou d’historiens.

Cette histoire, nous vous la livrons telle que nous l’avons vécue afin que vous puissiez partager la découverte de ce pays singulier et envoûtant. Poursuivre la lecture de « Lettres persanes 2.016 »

Retrouvons l’esprit Schengen !

Burki / Courrier International

Une semaine après le choc historique du Brexit et alors que les tractations sur les modalités de sortie du Royaume-Uni se multiplient, personne ne mesure réellement les conséquences d’une telle séparation. S’il est difficile de voir les résultats du référendum comme une « opportunité »[1], l’Union Européenne doit profiter de cette réflexion imposée pour réaffirmer son attachement à l’esprit des accords de Schengen, qui fêtent ce mois-ci leurs 31 ans. Bien avant le tumulte du Brexit, l’espace Schengen se trouvait déjà accablé de tous les maux par des détracteurs de plus en plus nombreux. Face aux grands défis que représentent la crise migratoire et le terrorisme, l’idéal européen imaginé par les pères fondateurs apparaît pourtant, plus que jamais, comme le but salvateur vers lequel tendre. Poursuivre la lecture de « Retrouvons l’esprit Schengen ! »

L’Etat islamique est une mode, mais n’attendons pas la fin de son cycle

maxresdefault
Source : Univision Noticias

Le contexte actuel, dans sa globalité, amène ceux qui ont la possibilité de le changer à se poser des questions d’un nouvel ordre. Pourtant, un sujet central semble (ou devrait) revenir sur le devant de la scène, celui de la déviance. Rappeler simplement la définition sociologique de cette notion permet, dans le cadre de cette réflexion, de prendre de la hauteur sur un nouveau phénomène de mode en plein essor depuis une dizaine d’années maintenant : la « djihadisation » et les codes de bonnes (ou plutôt nouvelles) conduites qui s’associent à cette mode. Poursuivre la lecture de « L’Etat islamique est une mode, mais n’attendons pas la fin de son cycle »

Allemagne : Mémoire et courage politique

Source : REUTERS/Stringer
Source : REUTERS/Stringer

Le jeudi 2 juin dernier, les députés allemands du Bundestag ont adopté à la quasi-unanimité des présents une résolution reconnaissant de facto le caractère génocidaire des massacres perpétrés sur les ordres du gouvernement Jeunes Turcs durant la Première Guerre mondiale. On peut y lire un geste politique fort s’inscrivant dans une dynamique mémorielle générale de l’Allemagne de ces dernières années. Après un premier pas vers la reconnaissance des crimes commis en Afrique[1] par l’Allemagne et un politique mémorielle particulièrement active autour de la question de la Shoah, les députés allemands placent une fois de plus le pays face à son histoire en évoquant le rôle, passif mais aussi parfois actif, des officiers et diplomates allemands dans le génocide des Arméniens. Il faut notamment saluer le rôle du Président de la République Fédérale allemande, Joachim Gauck, qui avait employé le mot de génocide à l’occasion du centenaire, le 23 avril 2015. Poursuivre la lecture de « Allemagne : Mémoire et courage politique »

Brexit : « perfide Albion »

REUTERS/Francois Lenoir
REUTERS/François Lenoir

Oui vous ne vous y trompez pas nous parlerons bien ici du fameux Brexit qui depuis des semaines anime l’ensemble des discussions des spécialistes de l’Union Européenne et plus globalement, fait vivre les conversations de café. La “perfide Albion” nous menace de mettre en branle “l’idéal” européen que nos pères ont forgé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pire encore, elle souhaite rompre avec le destin commun vers lequel nous nous destinions, fondé lui-même sur une littérature abondante : Paris, Rome, Maastricht, Amsterdam, Nice, Lisbonne. Tant de traités tous plus fédérateurs les uns que les autres. Poursuivre la lecture de « Brexit : « perfide Albion » »

Le dramatique corollaire entre conflits et industries extractives

©PNUD
©PNUD

Environ 3,5 milliards d’êtres humains vivent dans des pays riches en ressources naturelles (minerais et hydrocarbures). Celles-ci ont été maintes fois au cœur de conflits et exploitées afin de financer des armées ou des milices. Depuis quelques années, le réchauffement climatique et les conséquences néfastes de l’activité humaine sur notre environnement viennent aussi exacerber certaines tensions. Tout particulièrement en Afrique, qui concentre 30% des richesses minérales mondiales. Dans un rapport de 2013, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP) estime que sur les soixante dernières années, 40% des conflits intra-étatiques sont liés aux ressources naturelles. En outre, selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), les industries extractives seraient responsables du déplacement de plus de 9 millions de personnes en République Centrafricaine, Colombie et République Démocratique du Congo. Poursuivre la lecture de « Le dramatique corollaire entre conflits et industries extractives »

Histoire de la cause arménienne

Manifestation commémorative du génocide à Paris, 24 avril 1983
Manifestation commémorative du génocide à Paris, 24 avril 1983

Voici le second article, d’une série de trois, consacré à la question du génocide des Arméniens organisé par le gouvernement Jeune-Turc durant la Première Guerre Mondiale. Le premier se proposait de retracer rapidement le contexte historique et politique dans lequel s’appréhende aujourd’hui ces événements. Nous placerons aujourd’hui la focale sur l’histoire de la reconnaissance des massacres de masse ayant eu lieux et sur leur caractère génocidaire. Nous sommes confrontés à un processus dont nous allons commencer l’étude, du moins pour la France, en 1965, année du cinquantenaire. Ce processus est lent et a connu des dynamiques plus ou moins positives selon la conjoncture politique et les contingences partisanes. Quoi qu’il en soit, le mouvement ne s’est jamais arrêté et a perpétuellement été porté par une solide base militante. Poursuivre la lecture de « Histoire de la cause arménienne »

Iran : Deux élections pour une victoire, celle du peuple iranien

Source : ©AP Photo/Vahid Salemi
Source : ©AP Photo/Vahid Salemi

Vendredi 26 février se sont déroulées deux élections majeures en Iran. D’un côté des élections dites législatives, c’est à dire visant à élire les 290 membres[1] de l’unique chambre parlementaire de la République Islamique, le Majlis[2], et de l’autre, l’Assemblée des experts, une cour de 88 dignitaires religieux dont les compétences exclusives sont celles d’élire et, en théorie, de révoquer le Guide de la Révolution. Poursuivre la lecture de « Iran : Deux élections pour une victoire, celle du peuple iranien »

Inde : Cachemire, la fin de l’état d’urgence ?

Le Glacier Sachent - ©Reuters / Pawel Kopczynski
Le Glacier Sachien – ©Reuters / Pawel Kopczynski

Le 8 janvier dernier, Sayeed Mufti Mohammed, chief minister[1] de l’État indien du Jammu-et-Cachemire et dirigeant du premier parti politique de l’État – le People’s Democratic Party (PDP), parti autonomiste proche des mouvements séparatistes cachemiris – décède dans l’exercice de ses fonctions. Moins d’un an après son arrivée au pouvoir au sein d’un gouvernement de coalition avec le BJP – parti nationaliste hindou, duquel est issu l’actuel Premier ministre Narendra Modi – l’État indien le plus turbulent se retrouve à nouveau dans une période d’instabilité politique. Poursuivre la lecture de « Inde : Cachemire, la fin de l’état d’urgence ? »

Madagascar, un pays pauvre qui doit communiquer sur ses richesses !

2

Le 10 février dernier, la Banque mondiale accordait à Madagascar un nouveau prêt, l’« IDA Turnaround Facility », d’un montant de 690 millions de dollars sur 3 ans[1]. La 5ème plus grande île de la terre est ainsi l’un des deux premiers pays africains (avec la Guinée-Conakry) à bénéficier de ce nouveau mode de financement de la Banque mondiale, principalement dédié au pays les plus pauvres du monde. Si Madagascar est effectivement un pays très pauvre, où 9 malgaches sur 10 vivent toujours avec 2 dollars par jour, il existe un paradoxe relativement propre à ce pays : ses richesses sont immenses mais semblent être oubliées aux yeux des investisseurs étrangers, que ces derniers soient publics ou privés. Comme le précise l’institution bancaire mondiale, « seuls les gouvernements ayant démontré leur volonté à engager des réformes, en particulier dans la lutte contre les sources de fragilité, peuvent bénéficier de ce nouveau mode de financement »[2]. Un message envoyé à l’État malgache l’incitant enfin à sortir de l’ombre ? Poursuivre la lecture de « Madagascar, un pays pauvre qui doit communiquer sur ses richesses ! »

Bernie, son ennemi c’est la finance. C’est dire…

AP Photo/David Becker
AP Photo/David Becker

À quelques jours du premier caucus de la primaire américaine, qui se déroulera dans l’Iowa, la course à l’investiture est plus que jamais intense de l’autre côté de l’Atlantique.

Dans le camp républicain, il n’y en a que pour l’outrancier Donald Trump et l’ultra-conservateur Ted Cruz. Les débats entre les candidats n’ont jusqu’ici pas vraiment marqué par la qualité des échanges, les arguments font plus penser à une cour de récréation. Au final, ce sont encore la mauvaise foi et le mauvais goût qui sont les plus partagés entre les candidats. Poursuivre la lecture de « Bernie, son ennemi c’est la finance. C’est dire… »

Portugal : Avant les élections présidentielles, sommes-nous sortis de la crise ?

Source : E2 Emprego & Estágios
Source : E2 Emprego & Estágios

La politique portugaise est un de ces jeux de pouvoir auxquels peu de commentateurs prêtent intérêt. Pourtant, les élections législatives d’octobre dernier nous ont offert un spectacle inattendu. « 11 dias, 5 horas e 40 minutos » auront suffi pour qu’une grave crise politicienne s’empare du pays. Un record. Poursuivre la lecture de « Portugal : Avant les élections présidentielles, sommes-nous sortis de la crise ? »

Agenda 2016 : enjeux nationaux à prolongement international

maps-world-map-02

En janvier dernier nous évoquions une année 2015 placée sous le signe des enjeux politiques. À ce titre, l’accord sur le climat issu des négociations autour de la COP 21 et celui sur le nucléaire iranien, demeureront les deux grands temps diplomatiques de 2015. Mais l’année écoulée restera aussi celle des horreurs commises au nom de l’Islam. Ces actes imprédictibles tant dans l’espace que dans le temps, ont marqué les esprits par leur professionnalisme et leur internationalisme. À ces événements qui ont ému une grande partie de la population mondiale, s’ajoute également la crise migratoire qui, petit à petit, ternit la cohésion entre des pays européens, confrontés en leur sein à la montée des discours populistes. Poursuivre la lecture de « Agenda 2016 : enjeux nationaux à prolongement international »

Le génocide des Arméniens : de l’extermination au négationnisme de l’État Turc

Border_Tower_at_Armenian-Turkish_border_near_Khor_Virap_2
Le mont Ararat à la frontière entre l’Arménie et la Turquie / Source : Wikipédia.com

Le 3 décembre 2015, la députée LR (Les Républicains) Valérie Boyer prend l’initiative d’une nouvelle proposition de loi visant à pénaliser la négation du génocide des Arméniens. Celle-ci s’inscrit dans la continuité de plusieurs lois reboutées à différents niveaux du processus législatif ces dernières années, la dernière ayant été censurée par le Conseil Constitutionnel en 2012. La députée joue ici une carte destinée à placer le Gouvernement dans une position difficile en cette période tendue où les relations avec la Turquie d’Erdoğan constituent un élément décisif de la stratégie Française en Syrie. L’exécutif est d’autant plus mal à l’aise face à cette proposition qu’elle reprend une des promesses électorales du candidat Hollande durant la campagne présidentielle de 2012. Le Conseil de Coordination des Associations arméniennes de France (CCAF) s’est félicité dans un communiqué de presse de la démarche et souhaite, bien entendu qu’elle aboutisse. La proposition de loi, accueillie favorablement par l’ensemble des groupes parlementaires, a été renvoyée en commission pour un traitement ultérieur. Poursuivre la lecture de « Le génocide des Arméniens : de l’extermination au négationnisme de l’État Turc »

Crash dans le Sinaï : de la prudence à l’illusion du gouvernement égyptien

REUTERS - Mohamed Abd El Ghany
REUTERS – Mohamed Abd El Ghany

Le crash de l’Airbus A321 Metrojet le 31 octobre dans le Sinaï égyptien a provoqué une crise complexe pour le gouvernement du Caire. Soulevant des questions relatives à des enjeux sécuritaires, économiques et diplomatiques, la communication autour de cette crise faisait partie intégrante de la gestion de ce tragique événement. Retour sur la stratégie déployée par le gouvernement égyptien. Poursuivre la lecture de « Crash dans le Sinaï : de la prudence à l’illusion du gouvernement égyptien »

« Les hommes d’aujourd’hui ont poussé si loin la maîtrise des forces de la nature qu’avec leur aide il leur est devenu facile de s’exterminer mutuellement jusqu’au dernier  » (Freud)*

Il y a des fous dans nos rues. Des bêtes, et des êtres déchus de leurs droits d’Humanité, mais qui tuent au nom d’une chimère que personne ne reconnaît. Poursuivre la lecture de « « Les hommes d’aujourd’hui ont poussé si loin la maîtrise des forces de la nature qu’avec leur aide il leur est devenu facile de s’exterminer mutuellement jusqu’au dernier  » (Freud)* »