Iran – Union européenne – États-Unis : le bras de fer continu

President Donald J. Trump signs an EO on Iran Sanctions in the Green Room at Trump National Golf Club Sunday, August 5, 2018, in Bedminster Township, New Jersey. (Official White House Photo by Shealah Craighead)

Avec la réintroduction de sanctions économiques et financières[1] contre l’Iran par les États-Unis le 7 août dernier, et en attente de l’application de nouvelles mesures contraignantes le 4 novembre prochain, les entreprises européennes qui avaient profité de l’accord sur le nucléaire iranien pour réinvestir le marché iranien, ont du cesser leurs activités industrielles et commerciales.

Dès le 8 mai 2018 et l’annonce de la sortie des États-Unis du JCPOA[2], l’Union européenne avait demandé sans succès une « exemption de toute sanction extraterritoriale américaine pour les entreprises opérant légitimement en Iran »[3].

Ce lundi 24 septembre, la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Frederica Mogherini, a annoncé vouloir instaurer un système inédit avec l’Iran, basé sur le troc de marchandises. Cette « entité ad hoc » comme elle le définit, permettra d’échanger à valeur égale des produits manufacturés ou de consommation contre du pétrole iranien.

Pour l’Iran, cette centrale d’échange permettrait de contourner légalement les sanctions qui pèsent sur son économie et pénalisent en premier lieu sa population.

À ce titre, un certain nombre d’universitaires se sont élevés contre les condamnations américaines. Dernière action notable, une pétition lancée par Didier Gazagnadou, Professeur d’Anthropologie à l’Université Paris VIII Vincennes-Saint Denis qui a réuni à ce jour près de 600 signatures (1000 sont nécessaires) pour remplir 3 objectifs :

  • Aider toutes celles et tous ceux qui cherchent à contourner les sanctions imposées au peuple iranien par le gouvernement américain ; en cherchant toutes les idées possibles sur les moyens et les circuits permettant de ne pas respecter les sanctions américaines ;
  • Contribuer à ce que l’Union européenne devienne totalement indépendante de la domination du dollar sur l’économie mondiale ;
  • Boycotter et aider à boycotter les produits américains tant que le Président D. Trump sera au pouvoir aux États-Unis.

Retrouvez la pétition à ce lien : https://bit.ly/2N6BB8I

Thomas Alves-Chaintreau

— Notes de bas de page —

[1]Embargo sur les produits pétroliers et sur le secteur aéronautique et minier, une interdiction d’utiliser des dollars américains pour l’Iran

[2]Joint Comprehensive Plan of Action

[3]Ces propos sont issues d’une lettre envoyé en date du 4 juin 2018, au Secrétaire d’état américain, Mike Pompeo, et au Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, par les ministres des Finances et des Affaires étrangères français, allemands et britannique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :